Droit international privé et relativisme culturel : entre contrastes et paradoxes

Le droit international privé est traditionnellement caractérisé par son esprit de relativisme et d’ouverture envers les systèmes juridiques étrangers. Or, cet objectif de coordination des systèmes et d’harmonie internationale des solutions se trouve aujourd’hui compromis par le développement des droits fondamentaux qui sont porteurs d’uniformité.  Il en va ainsi notamment dans les relations entre les systèmes laïques occidentaux et les systèmes de facture confessionnelle. A travers la question de la réception du divorce islamique par répudiation (talaq) en France et au Québec, l’auteur tente de retracer cette évolution vers une plus de fermeté de la part de la jurisprudence occidentale à l’égard des normes familiales musulmanes. Après en avoir relevé les conséquences fâcheuses, il plaide pour un nouvel équilibre basé sur une compréhension holistique du droit étranger placé dans son contexte.

Ce contenu a été mis à jour le 31 décembre 2018 à 11 h 30 min.